Après le feu vert du Sénat, le projet de loi d’urgence a été adopté en commission à l’Assemblée nationale. Alors que la droite et l’extrême droite appellent à faire payer les casseurs, la gauche déplore l’absence de mesures pour lutter contre « les causes » des violences urbaines. « Qui casse paye » A droite et à l’extrême droite, il est surtout question de la responsabilité pénale des (...)