0 %
Une « ferme ouverte » à défaut de salon de l'Agriculture à Paris

Une « ferme ouverte » à défaut de salon de l’Agriculture à Paris

Lundi matin, à l’invitation de la Confédération Paysanne du Maine et Loire, j’étais au GAEC Pachamama à Denézé-sous-Doué pour l’opération "Salon à la Ferme". L’occasion d’évoquer les problématiques du monde agricole et de leur réaffirmer mon entier soutien.

La Confédération paysanne de Maine-et-Loire a délocalisé le salon de l’Agriculture de Paris… en Anjou. Lundi 1er mars, ils ont accueilli des élus du département sur une exploitation de Denezé-sous-Doué.

En raison de la crise sanitaire, l’édition 2021 du salon de l’Agriculture, initialement prévue au Parc des expos de Paris, porte de Versailles, du 27 février au 7 mars 2021, a été annulée. Un moment pourtant essentiel pour les agriculteurs : c’est en effet l’occasion pour eux de présenter leurs métiers, leurs productions, mais aussi de se faire entendre du public et des politiques.

En Anjou, la Confédération paysanne de Maine-et-Loire, a décidé d’organiser son propre évènement, directement sur une exploitation locale. Rendez-vous a donc été donné lundi 1er mars à Denezé-sous-Doué : le syndicat agricole a proposé une « ferme ouverte » aux élus du département pour échanger avec les agriculteurs autour de la Transition agricole. « Cette rencontre a également permis de soulever la problématique des refus de dotation jeunes agriculteurs pour les projets agricoles considérés comme des produits de seconde transformation », soulignent Eudes Gourdon et Etienne Martin, de la Confédération paysanne.

Un peu plus de vingt élus ont répondu présents, parmi lesquels les députées Lætitia Saint-Paul (LREM) et Anne-Laure Blin (LR), ou encore des élus de la liste « Pour une région Pays de la Loire Écologique, Citoyenne et solidaire », portée par le député Matthieu Orphelin.

Ouest France - 3 mars 2021

Lire l’article

Partager cet article