0 %

Saumur. Aux cuisines de l’école hotellière, le prof devient l’élève et inversement

Pour la troisième édition de son concours culinaire profs élèves, l’école hotellière de Saumur l’a ouvert aux autres établissements de la région. Ce moment de grand partage a de nouveau brisé les codes.

L’idée a plus d’un atout pédagogique. Pour la troisième fois, l’école hotellière du lycée Carnot-Bertin de Saumur a décidé d’inverser les rôles à l’occasion de son concours culinaire profs-élèves. Il s’agit pour chaque élève candidat de former une équipe de cuisiniers avec un enseignant d’un autre domaine que l’hôtellerie-restauration. Le « sachant » est alors l’élève et le professeur devient son commis le temps d’une matinée.

Champignons, sandre et crémant de Loire

Pour la première fois, l’établissement de Saumur, qui l’organisait jusque-là en interne, a ouvert l’épreuve à ses homologues de la région. Et ce sont cinq binômes de quatre lycées (Laval, Le Mans, Olonne-sur-Mer et Saumur) qui ont été présélectionnés sur fiches techniques. Tous étaient aux fourneaux ce mercredi 23 mars 2022 dans les locaux de la rue Marceau à Saumur sous les regards curieux et bienveillant des membres d’un jury présidé par Mickaël Pihours (Le Gambetta). Et l’ambiance était celle des grands moments intenses.

« Ils ont les mêmes ingrédients. On a retenu trois produits incontournables du Saumurois : champignons, sandre et crémant de Loire. Ils doivent préparer un plat pour quatre personnes en 2 h 30​, cadrent Kévin Grabin et Christian Mathien, professeurs de cuisine. Les élèves sont ravis de cette formule. Elle leur impose d’avoir une nouvelle posture de transmission à l’égard de leur professeur de français, maths ou sciences. Cela génère aussi une co-intervention entre l’enseignement général et l’enseignement professionnel​.

« Il se construit une histoire autour de l’assiette »

Partage, bienveillance et bonne humeur​, étaient les maîtres mots inscrits au tableau de cette journée. Une trilogie mise en application de façon spontanée par le duo des locaux de l’épreuve. Alison Freulon, élève, avait choisi de faire équipe avec Elsa Yardin, sa prof de français. On crée des liens qu’on n’a pas en cours. Ça change nos habitudes​, constate la première en avouant que le français ce n’est pas ma matière ». « On se met à donner des ordres et, dans le feu de l’action, on ne pense même plus que ce sont des professeurs. Tout le monde est sur le même pied d’égalité et il se construit une histoire autour de l’assiette​.

« Je le fais parce qu’il est intéressant de travailler différemment avec les élèves​, complète l’enseignante. Ça permet d’humaniser nos relations. On passe un bon moment. La cuisine est un endroit idéal pour cela. Elle véhicule des valeurs de partage. J’ai appris les noms des différentes casseroles et des ustensiles. J’ai appris les techniques de découpe et l’importance de la propreté du plan de travail, chose dont on ne se préoccupe pas quand on cuisine à la maison​.

C’est vraiment une bonne idée d’inverser ainsi les rôles. Ça les responsabilise et c’est ce qu’on leur demande lorsqu’ils viennent chez nous​, abonde Mickaël Pihours avec son regard de professionnel. On sent beaucoup de respect et une grande prise de plaisir​.

Trois équipes gagnantes

Le jury de cette troisième édition du concours culinaire profs élèves a retenu les plats préparés par Lucas Gautier et son professeur de mathématiques M. Hamidi du lycée Funay – Boucher (Le Mans) ; Samian Bacar et son professeur de français M. Sangnier du lycée Buron (Laval) et Armand Deplagne et sa professeure de prévention santé environnement Mme Vourch du lycée Carnot – Bertin (Saumur).

Lire l’article



Partager cet article