0 %
Maine-et-Loire. La proposition de ticket resto étudiant d'Anne-Laure Blin rejetée par les députés

Maine-et-Loire. La proposition de ticket resto étudiant d’Anne-Laure Blin rejetée par les députés

Anne-Laure Blin, la députée LR de Maine-et-Loire, n’a pas réussi à convaincre ses collègues députés d’adopter son projet de créer un ticket restaurant destiné aux étudiants.

La proposition de loi d’Anne-Laure Blin, députée LR de Saumur-nord, visant à créer un ticket restaurant étudiant a été débattue à l’Assemblée nationale dans la soirée de jeudi 7 octobre.

Le texte avait été modifié en commission par la majorité, faisant disparaître le ticket restaurant pour le remplacer par un conventionnement avec des cantines administratives ou hospitalières.

Instaurer un ticket restaurant étudiant, c’est signer la mort de la restauration universitaire sociale. L’État a mieux à faire de l’argent destiné aux étudiants​, a lancé la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, qui préfère des bons alimentaires distribués par les CROUS (centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires).

Même ton pour Josette Manin (PS) : Ce texte peut affaiblir les CROUS et renforcer des habitudes de consommation alimentaire moins équilibrée. Et qui finance ?​. Pour Sabine Rubin (LFI), pas question de subventionner la malbouffe. Il faut ouvrir des restos U​. Les CROUS risqueraient d’être concurrencés par la restauration privée​, estime Karine Lebon (PCF).

Anne-Laure Blin a rappelé que près de la moitié des étudiants sautent des repas, qu’ils sont nombreux à faire la queue devant les banques alimentaires, que 200 000 à 500 000 étudiants ne bénéficient pas d’une restauration à tarif social modéré ​et qu’il existe des zones blanches, dépourvues de restaurants universitaires, où les boursiers ne peuvent pas bénéficier du repas à 1 €.

Julien Ravier (LR) a reproché à la ministre de ne pas apporter de réponse concrète aux étudiants précaires dans les zones blanches.

Sur 577 députés, seulement 55 étaient présents pour voter. 48 suffrages ont été exprimés. 34 députés ont voté pour le texte modifié et 14 contre.

Courrier de l’Ouest - 9 octobre 2021

Lire l’article

Partager cet article