0 %

Faire de la sauvegarde des abeilles une « Grande cause nationale 2022 »

A l’initiative de Robert Therry, député Les Républicains et apiculteur, une proposition de résolution visant à lutter contre la disparition des abeilles et déclarer la sauvegarde des abeilles « Grande cause nationale 2022 » a été déposée ce 17 septembre sur le bureau de l’Assemblée nationale.

L’abeille européenne (apis mellifera) est un agent pollinisateur indispensable à nos écosystèmes : la pollinisation constitue en effet une action essentielle pour la fécondation d’un grand nombre de plantes, elles‑mêmes essentielles à la vie.

L’abeille contribue à maintenir et à développer la diversité de la flore, elle‑même source de diversité́ de la faune sauvage. Son action est vitale pour la biodiversité́.

En tant qu’ouvrière, l’abeille fabrique le miel, la cire, la gelée royale, la propolis et récolte le pollen. Ces denrées sont sources de grandes richesses, au cœur de toute une filière agricole.

En tant qu’espèce domestiquée, l’abeille permet en outre l’étude scientifique du comportement des insectes et de leur impact sur l’environnement.

Il a été calculé que la pollinisation des abeilles et autres insectes pollinisateurs générait mondialement chaque année près de 130 milliards d’euros d’activité.

De leur côté, les apiculteurs prennent soin des colonies et assurent la protection des ruches contre tout type de dangers.

Pourtant, depuis la fin des années 1970, les populations d’abeilles diminuent. Cette mortalité́ s’est d’ailleurs accélérée au cours des années 1990. De nombreuses raisons structurelles peuvent expliquer cette disparition progressive des ruches dont notamment :

  • – à défaut d’alternative, l’utilisation de neurotoxiques entraîne de nombreuses pertes d’abeilles qui sont désorientées par les produits et affectées par des maladies neuro‑dégénératives provoquant la mort des colonies en quelques heures ;
  • – les maladies : les abeilles sont également exposées à des maladies naturelles comme la loque qui attaque le couvain, la nosémose, voire la fausse teigne ;
  • – le Varroa destructor : acarien visible à l’œil nu qui s’est transmis de l’abeille asiatique (apis cerna) à l’abeille européenne et représente depuis les années 1970 un fléau s’attaquant aux abeilles et aux larves, les rendant infirmes et incapables de travailler ;

Mais parmi toutes ces menaces, la plus grande réside dans le frelon asiatique : introduit accidentellement en 2004 par le commerce international avec la Chine, ce nouvel insecte est devenu un prédateur redoutable se nourrissant abondamment des abeilles. La lutte contre ce dernier doit être une priorité absolue.

Toutes ces menaces permanentes font que l’abeille est en voie de disparition. Elles sont à l’origine d’une mortalité de près de 30% des colonies d’abeille chaque année. La survie des abeilles dans ces conditions est seule rendue possible par le travail acharné des apiculteurs.

Cette proposition de résolution vise donc à lutter contre la disparition des abeilles et à soutenir très concrètement nos apiculteurs français.

Lire la proposition de résolution

Partager cet article