Chrétiens d’Orient : je dépose une proposition de résolution pour la reconnaissance du génocide assyro-chaldéens de 1915-1918

Chrétiens d'Orient : je dépose une proposition de résolution pour la reconnaissance du génocide assyro-chaldéens de 1915-1918

Chrétiens d’Orient : je dépose une proposition de résolution pour la reconnaissance du génocide assyro-chaldéens de 1915-1918

Les sénateurs ont adopté très majoritairement la semaine dernière une proposition de résolution visant à reconnaître le génocide des communautés chrétiennes Assyro-Chaldéens durant la première guerre mondiale.

J’ai déposé une Proposition de résolution relative à la reconnaissance du génocide des Assyro-Chaldéens de 1915-1918 afin que l’Assemblée nationale adopte également ce texte.

Dès l’été 2014, les Chrétiens présents depuis 2 000 ans en Irak et en Syrie, se sont vus apposer une lettre les désignant comme nazaréen qui marque d’un sceau ces populations comme d’autres mettaient l’étoile jaune. Puis, ils ont reçu un ultimatum par les djihadistes de l’État islamique :

  • se convertir à l’Islam
  • s’acquitter d’un impôt spécial pour les non-musulmans
  • fuir et tout abandonner
  • ou bien rester et être exécuté « par le glaive ».

Depuis, la quasi-totalité des chrétiens ont fui pour échapper aux persécutions.

C’est pourquoi, à la suite du vote très majoritaire du Sénat, et conjointement avec Valérie BOYER – porte-parole historique de ce sujet – j’ai souhaité déposer cette proposition de résolution afin que l’Assemblée nationale poursuive le chemin entamé car si le génocide assyrien a eu lieu durant la même période et dans le même contexte que le génocide arménien et des Grecs Pontiques, il n’est aujourd’hui toujours pas reconnu par la France, alors même qu’elle était liée par les accords Sykes-Picot de 1916 et son rôle de protecteur.

Avec la reconnaissance du génocide assyrien de 1915, le Parlement Français, dans son ensemble, s’honorera à ne pas oublier les Chrétiens d’Orient qui meurent chaque jour et poursuivra son devoir historique et moral de protection des minorités chrétiennes d’Orient.